Haärn Pavlov - Chroniques et présentation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Haärn Pavlov - Chroniques et présentation

Message  Haarn Pavlov le Lun 19 Mar - 11:06

Extraits de la Biographie d' Haärn Pavlov par Ybrahim Berlgereth de Kashfa

Ombre Terre 1989 13 Juin - Los Angeles

I était déjà plus de seize heures quand j’émergeais, encore agité par une veillée qui me cognais le crane, pour constater qu’encore une foi j’allais devoir faire le café pour deux. John, comme il se faisait appeler ici, fumait devant une des fenêtres du squat, l’air pensif comme d' habitude. Je sortis mes pilules et autres sirops prescris par mon psychiatre et l’invita à prendre place autour d’un repas commander à l’épicerie mexicaine en bas de la rue, le seul endroit où la nourriture est acceptable dans ce quartier. Mon compagnon resta de marbre alors que deux de nos visiteurs passaient le pas de la porte pour s'installer confortablement dans le sofa en piteux état qui ornait la pièce afin de profiter des maigres rations journalières. Et ce n’est qu’en le constatant, affublé de ses ridicules lunettes de rocker, qu’il se décida à prendre place autour de la table basse en lançant un regard presque insatisfait sur les deux skins Head et leurs bols de bière - céréales. En mettant le hasard de coté, son regard retomba fatalement sur le mien pour s’y concentrer avec ce froncement qu’on les buffles en Afrique lorsqu' un mouche viens chatouiller leurs narines et sans hésitation scanda quelques noms d'oiseaux dans ma direction. Je compris que la nuit eu dû être rude. Si j’avais eu une crise de paranoïa, claustrophobie ou pire encore, de delirium, dans la semaine ou même il y a quelques minutes, je n’en verrais pas la différence, la réalité était assez floue à cette époque. Je pris mes médocs en espérant qu’il ne m’assomme. John, ou Yadaween de son véritable nom, ne put s’empêcher de me citer des vers de quelques poètes maudits pendant que j’avalais une à une mes "pilules amères". Nous devions parler de choses importantes me dit il, avec cette expression qu'on les savants lors d’une grande découverte, aussi me fît il remarqué, signe qu’il avait réfléchit toute la nuit à ma condition, que la solution à mon problème se trouvait forcement quelque part. Il commença alors un récit étrange parlant d’une porte permettant de voyager à travers le temps et l’espace, celle ci reliant la terre à Ordönk, un univers de poche créé de toutes pièces par des savants Thoann. Sous l’effet des psychotropes ingérés cette histoire me laissa perplexe, on ne vous sort pas ça à tous bouts de champs, surtout quand vous avez été interné un an et demi à l'asile pour schizophrénie et psychoses en tout genre ! Devançant ma réaction agressive il esclaffa : "j’ai une preuve de ce que j’avance !" Mon monde venait de s’écrouler, un autre portail inter planaire était dissimulé au chili par ses soins. Nous ne nous connaissions que depuis deux mois environ, il m’avait ramassé dans le coin d’une ruelle, il avait pris soin de moi les mauvais jours depuis mon arrivé a Los Angeles, comment ne pas le croire ? Il ajouta avec un ton presque sarcastique : "Tu as ce teint qu'on les trosvariens et l’accent aussi, j ai eu du mal à te comprendre au début !" Ce fût comme un flash, Laelith et sa tour des mages, le parfum enivrant de ses femmes et de son vin ! Je devais repartir chez moi, aussi après quelques jours de préparation et nous être procuré un side car, nous nous mîmes en route pour les montagnes chilienne, moi attifé comme un pilote de chasse américain pendant la guerre du Vietnam et lui dans le traditionnel atour d’un hell's angels. Il ne fallut que quelques huit jours pour traverser du Mexique jusqu’ au brésil, à la frontière sud ouest, le terrain impraticable de la forêt amazonienne nous força d’abandonner notre monture. Sept jours dans un bourbier sans nom s’en suivent, rongé par parasites et autres bestioles, et enfin toucher au but. Dans l’étendu des longs couloirs d’un abri anti atomique la porte était belle et bien cachée. Yadaween me révéla que mon anneau en était la clé mais me joua un tour une foi la porte entrouverte, il ne prononça qu’une seul phrase : "Lebblabaï ! Tu me serviras deux fois aujourd’hui ! Tu rencontreras peut être orc le rouge dans une autre vie !" et d’un geste brusque et fort m’enfourna dans l’étroite porte, aussitôt un courant électrique d’une rare intensité jaillit des contours métalliques de la maudite machine... et je perdis conscience pour de bon. Je me réveillais quelques heures plus tard dans une cellule semblable aux cellules capitonnées de Terra ! Je crus redevenir fou, ou tout simplement l'être. Quand la porte s’entrouvris on me traita avec égards.... j’étais sur Barzoühm en 2869 et surtout j’étais libre enfin.
................................................................................................................................................................................................................................... Extrait Audio n°57


Barzoühm - Versary 2869, Zode 29, Sol 7, Ere de l' araignée Boréale du calendrier silicath - Zone Retranché dans la Zone Crépusculaire

Depuis maintenant cinquante et un jours, en compagnie de Lillo, un jeune bleek, nous arpentions les longs couloirs souterrain de Chasma à la recherche d'éléments mécaniques pour consolidé l' ancien générateur à micro ondulation magnétique de Shaädhir, une communauté de milles deux cents âmes et de six espèces confondus : les Bleeks, les Pygmachines, les Silicathes, les Mahadim, les Squals, et malgré le fait qu'ils furent pourchassés bien des années après le cataclysme, quelques Furiens s'étaient essayé au sédentarisme.
Lillo tenait fermement la crypto radio, sorte d'ustensile indiquant la profondeur exact où nous nous trouvions, pour y constater que jamais il ne s'était enterré aussi profondément dans cette zone de Chasma, les restes d' un plan gigantesque parcourait l'immense mur de la gare centrale décrivant les multiples entrées et sorties à ce niveaux, la plupart était obstruées ou impraticables depuis le grand effondrement. Je passais alors quelques minutes à parfaire ma traduction, le Sillicath restait une langue assez complexe surtout à l'écrit, pendant que Lillo repérait les pistes envisageables. A ma grande surprise je pus lire sur un morceau de la carte en piteux état : "Centre de Maintenance 26", une seule ligne de chemin de fer semblait y mener. De toute évidence nous trouverions nos pièces manquantes dans cette direction, vecteur 6 nord cadré sur le noyau planétaire, pôle magnétique interne de Barzoühm. Par chance le tunnel était encore debout hormis les murs décrépis et la tuyauterie branlante, nous nous jetâmes dans le tunnel obscur munis de nos masque a gaz et de nos lunettes polarisantes, des poches de souffres et de méthanes sillonnaient les plafonds, le gaz sortant sous pression d' un immense pipeline éventré, probable provenance d'évacuation d'usines chimiques au dessus de nous. Dés lors, je distinguais au fur et mesure de notre avancée des traces orangés sur le sol, comme si quelque individu avait délibérément versé de la peinture dans une longue ligne souvent interrompue et sinueuse. Au loin une silhouette archée déchira par sa course le halo tremblant de plantes luminescentes, pour s' arrêter net au beau milieu du tunnel et cracher un son suraigu. Lillo, prit de panique, laissa tombé son cliqueteur (fusils à poudre noir et canon long typique des bleeks en Chasma), et avant que j'eu le temps de réagir, nous fûmes obligé des courir, cette saleté avait ameuté ses acolytes "pilleurs de corps", véritable fléau de Barzoühm guidé par la main de la Reine blanche, et rêves des Précogs. En peu de temps nous nous retrouvions acculé dans une des salles de la zone de maintenance, seul point de fuite disponible. Ses créatures avaient bien mené leur jeu, nous étions sans armes, à peine de quoi manger deux jours si les rations étaient partagées, et à quarante jours de marche de Shaädhir en pressant l' allure.


................................................................................................................................................................................................................. Extraits du Journal de Haärn Pavlov


Barzoühm - Versary 2869, Zode 30, Sol 4, Ere de l' araignée Boréale du calendrier silicath - Zone Retranché dans la Zone Crépusculaire

Nous les entendions s'entre dévorer depuis un moment, un jour ou deux, le manque de nourriture les rendaient agressifs, régulièrement ils tentaient d' enfoncer les parois ne nous laissant aucun répits.Il ne nous resta qu'une alternative, faire sauté un cocktail dans le tunnel en espérant qu'il ne s'effondre. Aussi me délestais je de tout mon attirail pour ne prendre avec moi qu' un peu de poudre noir mélangée dans une bouteille d'alcohol de Skam le tout destiné à l'énorme tuyau vomissant son trop plein de méthane. Ma sortie discrète me laissa quelques mètres d'avances avant que quatre d'entre eux ne me prennent en chasse, les autres s'affolant autour de la barricade que Lillo s'évertuais à remettre en place. Deux d'entres eux expectoraient cette bile orangée durant la course frénétique et rectiligne le long de la parois, les deux derniers mutaient sporadiquement laissant apparaître plusieurs membres supérieurs crantés et tranchants garnir leur torses à demi mutilés. Malgré ma fulgurante lancée, je ne pus continuer à les distancer que sur une trentaine de mètres. J’étais encore bien loin du centre du tunnel quand l’un d’entre eux me harponna l’épaule droite telle une mante religieuse et sans faiblir se mis de tout son poids me laissant plaqué contre le mur, les mutations dont elles étaient victimes les rendaient particulièrement athlétique, je voyais ma fin proche, mais une silhouette plus fine s’était déjà dissimulée dans la troupe . On eu dit de mon point de vue qu’il occis d’un coup de rapière trois pillards temps son geste était fin, et aux vues de la situation il tombait à point nommé. Je n’eu le temps de comprendre d’où il sortait, que le cliqueteur de Lillo atterri sur mes genoux, -« Tu peux tirer ? », je hochais la tête, il semblait déterminer à avancer dans cette direction d’ un pas léger, et même face à ma mise en garde, mais il ne fléchit point. Une lueur surnaturelle émanait de lui à mesure qu’ il avançait, grandissante, terrifiante… Les créatures affolées à son approche s’engouffraient dans diverses conduites et bouches d’aérations sentant le danger qu’il représentai. Lillo prit le temps de regarder ma blessure, qui selon lui paraissait superficiel, pendant que je nous présentait à notre sauveur. Il se prénommais Sophocle, et prétendait être un voyageur venu d’Olympus, une grande cité à la surface, dans la Zone Austral. Durant les quarante huit jours qui suivirent, il nous escorta jusqu'en Shaädhir, aussi nous apprîmes à nous connaitre d'avantage.


........................................................................................................................................................................................................... Extraits du Journal de Haärn Pavlov


Barzoühm - Versary 2869, Zode 49, Sol 3, Ere de l' araignée Boréale du calendrier silicath - Shaädhir, Quartier des Ferrailleurs

Nous débâtions, gorges déployées en plein centre du quartier des ferrailleurs, Sophocle accoudé au comptoir évaluais scrupuleusement les quantités d'énergies à mettre en oeuvre en cas de transport quantique d'un bout à l'autre de la planète. Les conversations entre extra planaires n'étaient pas de tout repos, les causes à effets entraînant sans cesse de nouveaux effets, causes, interrogations, négations, dénis, souvent de ma part d'ailleurs. Mais il semblait avoir la réponse à toutes les choses qui m'étaient étrangères. Ils me citaient des auteurs, ou poètes de l'étrange pour appuyer ses dires, si bien qu'au final tant bien qu'enrichi je ne pouvais douter que plus encore. Pourtant l'idée de téléportation quantique était plus que probable, il fallait selon lui considérer la vitesse de déplacement originelle, poussée qui mettait en évidence certaines particules misent en branle durant le déplacement, et fournissant l'énergie demandée. Cette théorie me plaisait, mais c'était bien là ça limite. Je décidais d'exploiter par la pratique toutes ces informations lui dis-je. L'idée n'était pas pour lui déplaire, mais me fit il remarquer qu'il n'aurais le temps de s'atteler à la tache en ma compagnie, des affaires importantes l'obligeaient à quitter momentanément Shaädhir. Nous passâmes les trois prochains jours à festoyer dans le quartier des ferrailleurs, en guise d'adieu. Il me donna cependant un rendez-vous deux mois plus tard, à l'endroit de notre première rencontre. Il prit la route 56 menant au tréfonds de Chasma, sur une draisine de ma confection, son chapeau harponné de sa main gauche lançais un signe salutaire alors qu'il quittait mon regard.


........................................................................................................................................................................................................... Extraits du Journal de Haärn Pavlov


Barzoühm - Versary 2869, Zode 64, Sol 6, Ere de l' araignée Boréale du calendrier silicath - Shaädhir, Quartier des Ferrailleurs

Lillo montait le propulseur à champ d’énergie squoïdale sur le fuselage d'un prototype dans l'atelier de Red Steam, un Furien patibulaire vivant dans la zone sud du quartier. Il prenais très au sérieux l'étrange construction qui se développait depuis presque trois Zodes dans l'entrepôt, auscultant nos moindre faits et gestes. Il nous avait par ailleurs assigné un Pygmachine fort doué en mécanique pour ce qu'il appelait : les mesures de sécurité. Il faut rappeler que mes deux premières tentatives avaient lamentablement échouées, la seconde bien plus catastrophique avait réduit en cendre l'entrepôt 84, déclenchant un feu gigantesque dans le quartier. Nous eûmes dû déplacer, par contrainte avec les locaux qui manifestaient à coups de pavés par la fenêtre, l atelier et tout notre matériel chez le plus offrant. Et ce fût le moment de notre troisième tentative dans la ligne Bleu. Le tout monté sur une draisine custom, regroupant des morceaux de fusée et de locomotive souterraine plus communément appelée "Subtransilien". Lillo et Red Steam aux commandes, votre serviteur confortablement installé à l'arrière. La machine infernale se lança comme un éclair, laissant une traînée de fumée noire dans son sillage. Après quelques kilomètres au compteur nous approchions de notre but: atteindre une vitesse excessive. Mais tout commença à dérailler littéralement. Les virages serrés de la "Grand Passe" furent de trop, je me retrouvais rapidement projeter hors de mon siège malgré les barreaux de sécurité installés. Red Steam subit le même sort, allant se fracasser par chance sur l'ensemble d'un tas de déchets qui amortirent sa chute tant bien que mal. Lillo, toujours aux commandes, hurlait de peur lorsqu'il s’engouffra à toute allure sur le pont traversant le puits 141 , laissant une profondeur de plus de cent mètres autour de lui. Les propulseurs tombèrent à court de carburant, une aubaine, mais le laissant à l’arrêt au beau milieu du gouffre. Il nous fallut plusieurs heures pour ramener la machine à son point de départ, et de là nous prîmes la décision de partir pour la surface afin de tester une version aéroportée.

.....Work in progres


Dernière édition par Haarn Pavlov le Mer 3 Oct - 7:10, édité 12 fois
avatar
Haarn Pavlov
Marcheur

Messages : 77
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 34
Localisation : Kashfa , le château d'Ambre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Haärn Pavlov - Chroniques

Message  Haarn Pavlov le Lun 9 Avr - 18:53

Extraits de la Biographie d' Haärn Pavlov par Ybrahim Berlgereth de Kashfa

Ambre - Forêt d' Arden

.............Work in Proges
avatar
Haarn Pavlov
Marcheur

Messages : 77
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 34
Localisation : Kashfa , le château d'Ambre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum