Descriptions des personnages de la saga de Corwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Descriptions des personnages de la saga de Corwin

Message  Oberon le Lun 19 Mar - 17:27

Oberon

Oberon, seigneur d'Ambre, se tenait devant moi, dans son costume vert et or. Grand, large, épais, la barbe noir et les cheveux parsemés de fils d'argent. Des bagues vertes à montures d'or, une épée dorée. Je croyais autrefois que rien ne pouvait faire bouger de son trône l'immortel suzerain. Qu'était-il arrivé? Je l'ignorais encore. Mais il était mort. Comment mon père avait-il pu mourir?
-Les Neuf princes d'Ambre




Oberon a été le seigneur d'Ambre durant d'innombrables millénaires. Il n'est pourtant pas un vieil homme. un homme mur, peut-être, avec son épaisse barbe noire et ses cheveux semés d'argent, mais pas vieux. Il est toujours puissant, plus imposant que ses enfants, porte sa lame d'or et ses anneaux verts et or ne glissent pas de ses doigts.
Selon toute probabilité, si vous êtes Ambrien, Oberon est votre grand-père. tous les Ambriens ont ça en commun. Il a engendré la génération de vos parents, tous vos puissants oncles et tantes. Et tous vous diront à quel point il était désagréable.
Voyons, pensez-vous que votre père tuerait votre petit ami? Oberon pourrait le faire. Non parce qu'il ne l'aimerait pas, mais parce qu'il penserait qu'à cause d'elle, vous risqueriez d'oublier de sortir la poubelle, ou de faire toute autre chose que lui jugerait importante s'il estime qu'elle peut devenir une gêne, Bang! Elle est morte
Oberon est également assez fort pour battre Gérard, assez dur pour effrayer Fiona, et Benedict, et COrwin. Oberon leur fait peur, à tous. Ca peut vous aider à comprendre comment, avec un père pareil, les Ambriens sont devenus ce qu'ils sont.

Benedict

Ensuite Benedict, grand, froid et mince. Mince de corps, mince de visage, large d'esprit. Vêtu d'orange, de jaune et de brun. Il me faisait penser à des fanes, à des courges, à des épouvantails, à la légende de Rip Van Winkle. Il avait une longue et forte mâchoire, des yeux noisettes, des cheveux bruns et raides. Il se tenait à coté d'un cheval couleur feu et s'appuyait sur une lance ornée d'une guirlande de fleurs. Il riait rarement.
-Les neuf Princes d'Ambre




Benedict est un éternel guerrier. Il a passé des ères dans les Ombres, perfectionnant son art, au point que ses parents n'ont plus aucune chance de l'égaler. Mince épouvantail, parlant peu, souriant peu, il ne donnera pas sa confiance à la légère, ni n'acceptera une trahison à l'égard d'Ambre.
Il a la réputation d'être le meilleur guerrier de la famille. Pas seulement avec une épée, avec n'importe quoi. Donnez-lui une arme, un groupe de soldats, une position stratégique, peu importe.
Il vous écrasera.
On peut vous dire qu'il a une idée fixe. Durant des éternités, Benedict a mené des affrontements. Il cherche un endroit où l'on se bat, dans les Ombres, rejoint le coté perdant et combat jusqu'à ce qu'il gagne. Puis il va en un autre lieu, semblable au premier, mais où le parti en mauvaise posture a une armée plus petite; il se joint à cette armée et l'amène encore à la victoire. Ensuite, il répète ce processus, avec à chaque fois un désavantage tactique supplémentaire, le terrain, le temps, des armes et une technologie différentes... Benedict essaiera toutes les combinaisons.
Faites-lui une épée, et il se battra jusqu'à ce qu'il vous ait vaincu, ne faisant pas de quartier, ne présentant aucune faille et ne commettant jamais, jamais d'erreur. Menez une armée contre lui, et il arrivera juste sur votre front le plus vulnérable, au plus mauvais moment, pour vous harceler sans cesse, jusqu'à ce que vos soldats s'enfuient en hurlant et que vous deviez faire retraite.
Il gagnera à chaque coup.
Ne vous souciez pas de parier sur sa victoire ou sur sa défaite, la seule question à se poser, c'est "combien de temps lui faudra-t-il?"

Bleys

Ce fut le tour d'un homme aux cheveux et à la barbe rouge feu, vêtu de soie rouge et orange. Il tenait une épée dans la main droite, un verre de vin dans la gauche, et dans ses yeux bleus comme ceux de Flora et d'Eric, dansait une flamme démoniaque. Son menton n'était pas très prononcé mais couvert de barbe. Son épée était incrusté d'or. Deux grosses bagues à la main droite, une à la main gauche: respectivement, une émeraude, un rubis et un saphir.
-Les neuf Princes d'Ambre




Corwin, qui le connaît bien, le trouve vaillant, exubérant et flamboyant. Il est impossible d'étiqueter Bleys, tellement il est plus grand que nature, avec ses cheveux et sa barbe de feu, et la lueur démoniaque de ses yeux.
C'est un maître-bretteur, et sans le saut suicidaire d'un ennemi et d'une flaque de sang mal placée, il aurait pu se frayer un chemin jusqu'en haut du Mont Kolvir et dans Ambre même. Quoi qu'il en soit, il a tué ce jour-là plus de cent adversaires, seul, au cours d'un fait d'armes qui n'est pas près d'être égalé.
Ne vous laissez pas aveugler par ses yeux bleus, ni distraire par l'éclair de sa lame. Bleys a passé pas mal de temps avec Dworkin, à utiliser son charme légendaire pour gagner les secrets de la Marelle, des Atouts et de tout ce qui peut avoir une importance pour la conquête du pouvoir.
Magicien, Guerrier? Maître manipulateur? Tacticien? Bleys peut être tout cela. Il est capable de vous charmer, de vous embobiner, de vous convaincre de l'aider dans ses grands projets, en vous persuadant de la justesse de sa cause et de vous offrir la couronne sur un plateau d'argent. Mais au moment où vous tendrez la main vers ce couvre-chef orné de joyaux, assurez-vous que ses mains sont bien en vue.
En fait, vous devriez même trouver suspect d'être en sa présence. Pensez-vous que votre rencontre soit due au hasard? C'est peu probable, car la chance n'est pas un des outils de Bleys. Il préfère manipuler les Ombres, pour amener les enfants royaux d'Ambre à lui, lorsqu'il le souhaite, afin qu'ils le servent dans ses desseins.
Bleys fait montre d'un égocentrisme irritant. Ainsi, il traite Corwin, son frère ainé, comme s'il était le cadet de la famille. Il ne doute jamais de sa propre supériorité, tout en ne reculant pas devant les compliments. Il se croit tout simplement le meilleur, n'envie donc personne et sourit à tout le monde.
Que ce soit avec une révérence pour les dames, une plaisanterie pour les hommes ou, si le besoin s'en fait sentir, un sortilège ou un coup d'épée, il se pourrait bien que Bleys soit, en fait, le second en tout.

Brand

La figure suivante représentait un homme qui nous ressemblait à Bleys et à moi. Il avait mes traits, quoique plus fins, mes yeux, les cheveux de Bleys et pas de barbe. Il portait un costume de selle vert et montait un cheval blanc qui galopait vers la dextre. Il y avait en lui un mélange de force et de faiblesse; un désir de quête et d'abandon. Mes sentiments étaient mêlés: approbation et désapprobation, affection et répulsion.
-Les neuf Princes d'Ambre




"Les choses ne sont jamais ce qu'elles paraissent", dit Brand, ses yeux verts brillants, "ton ami d'aujourd'hui sera peut-être ton ennemi de demain".
Les paroles conviennent bien à l'orateur. Brand est le plus inconstant des Ambriens. Son tempéramment est instable, ses dépressions profondes, son charme immense et ses ambitions illimitées. De tous les Ambriens, il est le plus dangereux, parce qu'il a rêvé le pire cauchemar possible en Ambre.
Brand a probablement été le meilleur étudiant de Dworkin en matière de magie. Il est capable, dans les deux sens du terme, de détruire Ambre, la Marelle et tout ce qui existe. L'étendue de son pouvoir le rend effrayant. Ne commettez pas l'erreur de penser qu'il y a quelque chose que Brand ne puisse faire, car il n'est pas de meilleur artiste des Atouts que lui, dans ceux de sa génération. On dit même qu'il peut, assis dans son fauteuil, vous atteindre par la seule force de son esprit, comme s'il était un Atout vivant.
Brand a imaginé de détruire l'univers d'Ambre, d'effacer totalement la Marelle. A la place, il voulait tracer une nouvelle Marelle, plus à son goût. Elle aurait servi de base à un autre univers dans lequel il n'y aurait eu qu'un seul dieu, nommé Brand.
C'est en tout cas ce dont veut nous convaincre Corwin. Mais corwin l'a emporté dans ce conflit, et il a raconté cette histoire en vainqueur, pour justifier ses propres actions. Si on examine les événements d'un autre point de vue, peut-être Corwin apparaîtra-t-il sous un jour tout aussi mauvais...
"Chaque chose en son temps et à sa place." C'est ce que vous répondra Brand pour éluder vos questions, ne révélant que ce qu'il souhaitera. Il ne vous dira rien que vous ne suspectiez déjà et il vous soutirera toutes les informations qu'il désirera au cours d'une simple conversation, comme il extrairait le jus d'un fruit mûr. "Enchaînement et ordre", répondra-t-il si vous le pressez d'avantage, "temps et tension...ils sont de la plus haute importance en cette affaire".
Et s'il vous arrive de rencontrer Brand et de le quitter sain et sauf, souvenez-vous que vous risquez de ne plus jamais être en paix.
Surveillez vos arrières, toujours.

Caine

Caine vint ensuite, teint basané, yeux sombres, vêtu de satin noir et vert, un tricorne foncé crânement posé sur la tête, un panache de plumes flottant dans le dos. Il se tenait de profil, une main sur la hanche, le bout des bottes relevé, une dague garnie d'émeraude passée à la ceinture.
-Les neuf Princes d'Ambre




Il y en a un comme ça dans chaque famille. Un type qui ne vous rencontrera jamais l'épée à la main, mais préférera vous enfoncer un couteau dans le dos. Chez les Ambriens, il s'appelle Caine.
Il est basané, avec les yeux les plus sombres de tous. On ne peut le qualifier de cruel, mais de froidement calculateur. Après tout, couper la gorge de son frère jumeau uniquement afin d'obtenir un avantage tactique dans le jeu des intrigues d'Ambre n'est pas à la portée du premier venu.
Caché dans un coin, vêtu de satin sombre, une de ses dagues serties d'émeraude entre ses doigts, Caine est le plus menaçant des Ambriens. Il ira jusqu'à conclure un marché, revenir sur sa parole et mentir sans montrer la moindre gêne, si cela l'arrange.
La devise de la famille, "ne te fie jamais à un frère", est à garder en mémoire, car elle a pu être écrite en référence à Caine. Il ne vous en voudra pas, parce que de toutes manières, il n'a pas l'intention de vous faire confiance.
Caine est un ambrien parmi les Ambriens. Il joue si bien le jeu qu'il aurait probablement du mal à vous dire où commence la vérité et où finissent ses mensonges.
Alors pourquoi ne pas le voir comme un vilain?
Parce que dans l'histoire de Corwin, il est du coté des bons. Il n'a pas porté un chapeau blanc, mais il s'est montré au bon moment, afin d'éliminer le méchant, lorsque tout semblait perdu, avec une bonne excuse pour chacune de ses mauvaises actions.
En clair, on ne peut mettre en doute les intentions de Caine, il est toujours du coté des bons.
Il devrait être le héros. Celui qui tue le vilain devrait être le héros. Mais Caine n'est pas un héros.

Corwin

Yeux verts, cheveux noirs, vêtu de noir et d'argent. Je portais un manteau que le vent faisait flotter légèrement, des bottes noires comme celles d'Eric. J'avais un sabre moi aussi, mais le mien était plus lourd et moins long que le sien. Je portais des gants tissés de fils d'argent. L'agraphe de mon manteau représentait une rose d'argent.
-Les neuf Princes d'Ambre




Corwin se décrit lui-même comme grand, sombre, vêtu de noir et d'argent, et fermant son manteau avec sa marque personnelle, une rose d'argent. Avec son épée, Grayswandir, au côté, il a voyagé en Ombre, s'y est battu, conduit par son désir de revanche et son orgueuil, contre son frère Eric, avec le trône pour enjeu. Et s'il a fini par sauver Ambre de la destruction, il reste un personnage tragique.
Corwin est important pour nous parce que c'est par lui que nous apprenons tout ce que nous savons d'Ambre. C'est sa voix qui nous raconte les événements de la Guerre de la Marelle, c'est-à-dire des cinq premiers romans de la série. Nous découvrons Ambre par ses yeux, ses pouvoirs, ses faiblesses, ses secrets et ses intrigues, et nous apprenons à aimer ou à haïr les autres membres de la famille à travers ce qu'il vit.
A un moment, quelques-uns de ses frères ont voulu se débarrasser de lui. Juste pour assurer sa sécurité. Ils l'ont enfermé dans le plus sombre des cachots qu'ils aient pu trouver. Isolé, au pain sec et à l'eau. Personne à qui parler, pas de promenades. De la paille pour toute litière, des murs de pierre. Quatre pas en largeur, cinq en longueur, une petite ouverture pour qu'on passe le pain et l'eau, et une fosse d'aisance à même le sol. Et pour être sur que Corwin ne tente rien de stupide, on lui a enlevé ses yeux. avec des fers chauffés à blanc.
Corwin ne manquait pas d'occasions de s'échapper. Ses frères ouvraient sa cellule une fois l'an, le faisaient laver, lui donnaient à diner puis le renvoyaient dans son trou pour un an de plus.
Ce qui peut apprendre quelque chose sur les frères de Corwin. Vos parents.
Corwin s'est échappé et a régénéré ses yeux.
Ce qui vous apprend quelque chose sur Corwin. Battu, passé à tabac, épuisé par tout ce qu'une infinité d'univers lui ont jeté à la figure, il a continué de se battre.
Pour rire, Corwin et Random se sont un jour affrontés à l'épée, afin de savoir lequel des deux se fatiguerait le premier et abandonnerait le combat. Un duel acharné, tout comme une course à pied, épuise n'importe qui en quelques minutes, dix si on s'est entraîné comme un fou pendant des mois. Le meilleur escrimeur du monde tiendrait peut-être une demi-heure.
Les deux frères se sont arrêtés vingt-six heures plus tard. Ils auraient pu continuer, mais Corwin a abandonné. Il semble qu'il ait eu un rendez-vous important.
On pourrait aussi vous parler de la fois où Corwin a porté un grand gaillard sur une civière. A bout de bras, sur quinze miles. Et c'était quand il était maigre et faible. Mais vous devez avoir compris, maintenant. Corwin ne se laisse jamais arrêter, jamais.

Deirdre

...Je vis ensuite une jeune fille aux cheveux longs et noirs, aux yeux bleus, vêtue de noir, la taille serrée par une ceinture d'argent. Mes yeux s'emplirent de larmes, sans savoir pourquoi. elle s'appelait Deirdre.
-Les neuf Princes d'Ambre




Et voici Deirdre, nimbé de lumière et de formes brillantes, parfaitement découpée. Elle est experte en entrées dramatiques, douée pour capter les regards et devenir le pôle d'attraction, de tout rassemblement. Elle s'habille toujours de noir et d'argent, pour faire ressortir son teint pâle et ses cheveux noirs. Sa seule concession aux couleurs: ses yeux étonnamments bleus.
Si vous vous trouvez en sa compagnie, ne laissez pas votre esprit vagabonder. Elle est habituée aux feux de la rampe, à être le centre de l'attention générale.
Un sexiste, un de ces idiots qui croient que les femmes sont moins aptes au combat que les hommes, ferait bien de se tenir à carreaux, en présence de Deirdre. Celle-ci est aussi douée en la matière que ses frères et tout aussi encline à charger dans la bagarre que n'importe lequel d'entre eux.
Comme tous les Ambriens, elle a une force énorme, qui lui permet d'attraper un loup-garou et de lui briser le dos comme un cure-dent.
Lors des batailles, alors que ses soeurs restent avec les archers, elle fonce sur les lignes ennemis, dans son armure noire et argent, maniant sa hache de bataille avec une force et une précision mortelles.
Deirdre est l'égale de ses frères dans le jeu des intrigues également. Elle est souvent la seule à mettre en doute la pureté des intentions du plus innocent des Ambriens et ne se fie à personne, même pas à Corwin, bien que celui-ci ne puisse penser à elle sans que ses yeux ne s'humidifient. D'ailleurs, suand il écare ses autres soeurs comme n'ayant aucune chance d'accéder au trône, il évite soigneusement de mentionner la position de Deirdre dans l'ordre de succession.
Accordons-lui le plus grand des compliments. On peut faire confiance à Deirdre comme à un frère.

Eric

Eric vint après lui, beau selon les normes admises, avec des cheveux d'un noir presque bleu. Une barbe entourait sa bouche toujours souriante. Il était vêtu d'une simple tunique de cuir avec des jambières, un manteau, des cuissardes noires, une ceinture rouge d'où pendait un long sabre argenté attaché par un rubis. Le col du manteau qui entourait son visage était doublé de rouge. Comme la garniture de ses manches. Ses mains, dont les pouces étaient passés sous la ceinture, étaient terriblement fortes et bien dessinés. une paire de gants noir dépassait de la hanche droit.
-Les neuf Princes d'Ambre




Eric, souriant.
Diaboliquement beau et annonçant à tous, par son sourire, qu'il est le maître, contrôle tout, est le mur séparant les autres Ambriens de leurs ambitions.
C'est le meilleur politicien de la famille. Là où tous ses frères et soeurs ont leur petite vendetta personnelle, lui pousse à la coalition. Il organise, il agit. C'est un homme d'action.
De tous les princes d'Ambre, Eric est probablement le plus apte à être roi. Il est sur qu'avec ses costumes bien étudiés, noirs mais animés de touches rouges et argent, il présente bien. Il est aussi le seul membre de la famille à être doté de sens pratique. Il laisse de coté les querelles intestines, si quelque chose d'important se prépare, et ne permet jamais à un sentiment personnel d'interférer avec ce qui doit être fait, bien qu'il soit parfois un peu trop paranoïaquue pour son propre bien.
Il est rapide aussi. Lorsque le roi Oberon a mystérieusement disparu, Eric a été le premier sur le trône et a réuni suffisamment de soutiens pour que sa position soit inattaquable. Bien sur, Corwin n'aime pas beaucoup Eric, mais c'est probablement parce qu'ils sont beaucoup trop semblables. Le reste de la famille supporte Eric. La plupart du temps.
C'est un très bon politicien, mais cela ne doit pas faire oublier ses talents d'escrimeur. Lorsqu'on le rencontre, il est difficile de ne pas remarquer ses mains: fortes, puissantes, agiles.
Une dernière chose. Si Eric a une faiblesse, c'est d'être trop miséricordieux. Il prend bien soin de le cacher, et il ne faut pas compter là-dessus au cours d'un combat, mais quand un adversaire est à terre, vaincu, Eric fait presque toujours montre de compassion. Même si ce n'est pas dans son intérêt.
C'est un homme pratique, mais pas rancunier.
Ce n'est pas parce qu'il est mort qu'il faut sous-estimer son pouvoir. SOn image est encore présente en Ambre et sa disparition guère bien acceptée.

Fiona

Fiona - elle mesure environ un mètre cinquante cinq - fixait ses yeux verts sur les yeux bleus de Flora. Pendant qu'elles conversaient près de la cheminée vide, leurs cheveux brasillants plus éclatants que le feu absent, elles me rappelaient comme toujours une oeuvre de laquelle l'artiste s'écartait, reposant ses outils, tandis que des questions se formulaient derrière son sourire. Le creux que son pouce avait modelé au bas de leur cou, entre les clavicules, retenait toujours mon attention comme la marque d'un maître, surtout quand elle relevait la tête, intriguées ou impérieuses, pour nous regarder, nous autres qui étions plus grands. Elle avait un vague sourire à cet instant précis; sans doute était-elle consciente de mon regard grâce à cette faculté de perception que l'habitude ne privait nullement de ce qu'elle avait de déconcertant.
-Le signe de la Licorne




Petite, la langue acérée, les yeux verts et les cheveux de feu. COrwin traite Fiona de sorcière, mais bon, elle semble toujours en avance d'une longueur sur Corwin.
Un peu de connaissances secrètes, un point de vue plus net et un ou deux sortilèges la mettent en avant des autres. Fiona a le chic pour faire paraître ses frères plus grands qu'elle lourdauds et maladroits.
Peut-être d'ailleurs le sont-ils.
Au plus fort de la bataille finale de la Guerre de la Marelle, alors que leur ennemi à tous détenait le Joyau du Jugement et se moquait d'eux, c'est Fiona qui a sauvé la situation.
Tous les Ambriens peuvent engager un combat psychique si les circonstances s'y prêtent. Lors d'un contact d'Atout, quand les esprits s'ouvrent l'un à l'autre, une bataille de volontés peut se produire, lorsqu'on cherche à paralyser son adversaire ou à le blesser.
Les connaissances de Fiona lui permettent d'atteindre un esprit sans avoir à passer par un Atout, d'utiliser sa magie et d'imposer sa volonté même au travers des défenses mentales d'un Ambrien.
Mais elle ne sait que trop bien que tout pouvoir, même celui de la marelle, est limité en portée, en puissance et en subtilité par l'esprit de celui qui s'en sert. Ses autres pouvoirs, les Atouts et la magie, sont également alimentés par son énergie psychique. Aussi reste-t-elle toujours en alerte. Aucun de ses frères et soeurs n'a trop vite envie de la défier sur le plan des arts mystiques.
Se déplacer dans les Ombres, surtout celles difficiles à modifier, comme aux environs d'Ambre, nécessite habituellement des manipulations subtiles de la Marelle pendant des heures ou des jours. Mais lorsque le besoin s'en est fait sentir et que Corwin a dû se rendre en un lieu très distant, Fiona a trouvé un raccourci qui ne les a occupés que quelques minutes. C'est la preuve de ses capacités pratiquement sans égales à jongler avec les Ombres, et aussi, comme le dit Corwin, le résultat d'une éducation supérieure et d'une vie consacrée à l'étude.
Une chose encore. veillez à ne pas contrarier Fiona. Elle a un tempéramment assez vif. Et elle adéjà donné un coup de couteau en cachette à un de ses frères.

Florimel

La femme qui était derrière le bureau portait une robe bleue-vert à large col se terminant par un décolleté en pointe. Elle avait de longs cheveux frangés sur le front, d'une couleur à mi-chemin entre les nuages au coucher du soleil et la flamme d'une bougie dans une pièce obscure. Couleur naturelle, je le sentais sans savoir pourquoi. Derrière des lunettes dont elle n'avait pas besoin, j'en étais sûr, ses yeux étaient aussi bleus que le lac Erié à trois heures de l'après-midi par un été sans nuages. la couleur de son sourire pincé était assortie à ses cheveux.
-Les neuf Princes d'Ambre




Dans toutes les familles, il y a quelqu'un qui prend le titre de reine de beauté. Chez les Ambriens, il s'agit de Flora.
Elle est belle. Belle comme une vedette de l'écran, avec des cheveux splendides, long et ondulés, des yeux bleus parfaits et des robes décolletées aux couleurs toujours bien choisies.
Comme la plus belle femme d'Ambre se comporte-t-elle avec ses chahuteurs des frères?
Florimel, Flora pour les intimes, sait qu'elle n'est pas taillée pour le trône. Ce n'est pas qu'elle n'ait pas envie de le prendre, mais elle n'a aucun avantage sur ses frères. Et en dehors de Llewella, elle ne s'entend pas très bien avec ses soeurs.
En conséquence, elle a choisi d'occuper une position intermédiaire, juste à la droite du trône. Peu importe qui ceint la couronne, il trouvera la petite Flora pour lui murmurer des conseils à l'oreille. C'est sa grande force que de savoir survivre politiquement, dans un jeu en constante évolution.
Flora évite les combats directs. Sur l'Ombre Terre, où elle a passé énormément de temps, elle garde sa maison pleine de lévriers irlandais, assez gros et assez nombreux pour inciter un Ambrien à y réfléchir à deux fois avant de chercher noise à leur maîtresse.
Si elle vous fait le coup de la petite soeur faible, ne la croyez pas. Elle est aussi rusé que ses parents. Mais elle a compris que ça ne payait pas de se battre contre eux. Et il y a une chose qu'ils souhaitent tous avoir: des alliés.
Flora est une alliée parfaite.

Gérard

Sur la carte suivante, un homme, grand et puissant, me considérait. Il me ressemblait beaucoup, mais sa machoire était plus forte que la mienne. Je savais qu'il était plus grand que moi, et plus lent. Sa force était légendaire. Il était vêtu d'une robe de chambre bleu et gris, serrée à la taille par une large ceinture noire. Il riait. un cor de chasse en argent pendait à son cou, suspendu à un large cordon. Il avait une barbe en collier et une fine moustache. Dans sa main droite, il tenait un gobelet de vin.
-Les neuf Princes d'Ambre




L'homme le plus fort de l'univers.
Un ambrien ordinaire, sans se donner de mal, est assez fort. Si l'on reprend le récit de Corwin: "Brusquement, sans réfléchir, j'attrapai un vaste fauteuil rembourré et le lançai à une dizaine de mètres, brisant le dos de l'homme atteint."
Ou bien après son évasion, Corwin, bien qu'il ne soit pas encore rétabli, transporte des roches: "L'une d'entre elles devait peser deux cents kilos, et je ne la fis pas rouler. Je la soulevai et la mis en place."
Bon, Corwin est donc capable de porter une voiture (oui, il peut faire ça aussi), jeter des fauteuils et soulever des rochers. Hé bien, Gérard est si fort que Corwin en a peur.
Ce n'est pas seulement parce qu'il soulève des choses plus lourdes, bien qu'il puisse en porter deux fois plus que ses frères, mais aussi parce que, au corps à corps, il est pratiquement imbattable.
Vous voyez les combattants olympiques, boxeurs ou lutteurs, au choix. Ils sont bâtis pour donner des coups, d'accord, mais aussi pour en recevoir. Combien en faudra-t-il à un homme plus faible pour faire mal à ce genre de gaillard?
Face à Corwin, Gérard a encaissé une demi-douzaine de coups de poing au visage, au cou et au torse, et au moins un bon coup de pied à l'estomac. Tout cela aurait tué un homme normal. Et Corwin a perdu ce match.
En dehors de son extraordinnaire force musculaire, Gérard est réputé également pour son indefectible loyauté à l'égard d'Ambre. C'est sur l'instant, sans y réfléchir, qu'il se portera au secours d'un de ses parents qu'il verra en danger. Et malheur à celui qui se met en travers de son chemin lorsqu'il va aider quelqu'un! Il est aussi le seul membre de sa famille qui soit prêt à protéger un innocent, ou à donner le bénéfice du doute.
Le revers de la médaille, c'est que s'il pense que vous avez de mauvaises intentions, il sera infernal avec vous. Une "leçon" donnée par Gérard signifie, en général, un petit duel à mains nus avec lui. Si vous êtes un Ambrien sans faiblesse particulière, vous devriez pouvoir sortir de l'hôpital dans la semaine.

Julian

La suivante, c'était Julian, avec son air placide, ses cheveux longs et sombres, ses yeux bleues n'exprimant ni passion ni compassion. Il était enfermé dans une cotte de mailles blanches, non pas couleur d'argent ou d'acier, plutôt émaillée.
-Les neuf Princes d'Ambre




Si vous voulez aller en Ambre par voie de terre, vous devrez traverser la forêt d'Arden. Et celà veut dire passer chez le prince Julian, le défenseur attitré d'Arden.
Il n'est pas aussi fort que d'autres, ni aussi doué pour le maniement des armes. Selon les critères Ambriens, Julian est un éternel second. Mais comment allez-vous l'atteindre?
D'abord, il connait les profondeurs de la forêt d'Arden; pas seulement les vastes étendues que l'on voit du Kolvir, mais les milliers d'Ombres d'Arden qui forment la véritable frontière d'Ambre. Il patrouille le long des chemins d'Ombre, à travers Arden, dans son impénétrable armure d'écailles, entouré d'hommes soigneusement choisis, de chiens d'enfer, de faucons et Dieu sait quoi d'autres.
Il est toujours à cheval, si l'on peut appeler Morgenstern un cheval. Corwin nous apprend qu'il "a créé Morgensterne. Il l'a fait jaillir des Ombres, et lui a donné la force d'un ouragan et d'un marteau-pilon". Comment peut-on appeler une créature qui ressemble à un cheval, mais qu'il est impossible de blesser avec des balles ordinaires, qui galope à cent soixante kilomètres à l'heure et est capable de sauter jusqu'à sa propre hauteur, au dessus d'un mur, sans élan? C'est un peu plus qu'un cheval.
Ce qui nous ramène aux chiens d'enfer. Ils sont rapides aussi, et ils ne se contentent pas de courir après les voitures, ils les mangent. Julian a beaucoup de Chiens d'enfer...
Julian est aussi un homme qui aime prendre la pose. N'attendez pas de lui qu'il explique ses raisons, ses motivations ou ses méthodes. S'il vous a à la bonne, tant mieux; il vous aidera (il ne prendra peut-être jamais la peine de vous le dire, mais il vous aidera). Affrontez le et, à moins que vous ne lui posiez une lame sur la gorge, n'espérez pas qu'il se justifie devant vous. Julian est un homme fier, et de son point de vue, si vous ne le croyez pas, si vous ne lui faites pas confiance, vous pouvez aussi bien vous reconvertir en pâtée pour ses Chiens.

Llewella

La suivante était Llewella, cheveux assortis au jade de ses yeux, vêtue de gris et de vert châtoyants, avec une ceinture lavande, le tout donnant une impression de moiteur et de tristesse. Elle n'était pas comme nous tous, je le savais. Mais c'était aussi ma soeur.
-Les neuf Princes d'Ambre




Les Ambriens ne jouent pas tous au jeu de pouvoir.
Llewella, l'Ambrienne au cheveux verts s'en tient à l'écart.
Si elle avait été invitée à rejoindre la famille d'Oberon, Llewella n'aurait probablement accepté qu'avec réticence. Comme le dit Corwin: "sa présence en Ambre n'était pas tellement fréquente".
Llewella préfère la mer, la cité de Rebma, le reflet sous-marin d'Ambre.
Si son refuge habituel, Rebma, n'était pas si proche d'Ambre, elle ne serait peut-être jamais apparue dans le récit de Corwin et, tout comme ceux qu'il mentionne sans les décrire, serait demeurée, selon son souhait, inconnue et tranquille.
A Rebma, les choses sont différentes. llewella y est soeur de la reine Moire et détient un grand pouvoir. Assez pour offrir un abri si elle le désire, ou un châtiment...
C'est pourquoi elle reste éloignée du jeu des autres, en Ambre. Elle n'émettra ni critique ni louange. mais si vous vous débrouillez bien, peut-être vous accordera-t-elle un baiser sur la joue.

Llewella, retirée dans un coin, affectait de se plonger dans un livre, nous tournant le dos, ses tresses vertes s'arrêtant à cinq centimètres au dessus de son col noir.
-Le signe de la Licorne


Random

...Un petit homme rusé, avec un nez pointu, une bouche rieuse et une tignasse blond paille. Il était vêtu d'une sorte de costume Renaissance orange, rouge et brun. Il portait un haut-de-chausses et un pourpoint brodé, très ajusté. Je le connaissais. Il s'appelait Random.
-Les neuf Princes d'Ambre




Il est difficile de parler de l'un sans mentionner l'autre.
Random ne serait probablement pas devenu roi sans Vialle, la jeune aveugle qu'il a été forcé d'épouser. Il n'aurait pas trouvé cette grandeur qui était en lui, s'il n'avait trouvé l'amour. Elle a amené toute la gentillesse qui existait en lui à émerger de son moi intérieur.
Pensez à la jeunesse de Random. Il avait pour frères aînés ces types là, Benedict, Bleys, toute la bande des dieux en colère. Vous aimeriez être leur petit frère? Pire. Vous aimeriez être le plus petit gars de la famille d'Ambre?
Random en a retiré quelques complexes.
L'attitude qui en découlait l'a souvent plongé dans les ennuis.
A Rebma, il a été un peu trop loin. il s'est enfui avec Morganthe, la Princesse royale, mais il n'a pu ou voulu la garder avec lui. Elle s'est retrouvée enceinte et, après la naissance de Martin, s'est suicidée.
Les distractions de Random se trouvaient dans les Ombres, le vol à voile, les boites de Jazz (il a fait carrière comme batteur), les nuits à jouer au poker et les jolies filles. Sans ordre particulier de préférence, comme il le dit lui-même.
Mais lorsque les pressions sont devenues trop fortes, lorsqu'il a eut l'occasion de se montrer grand, d'aimer une femme, d'aider un ami, de faire confiance à un frère (probablement ce qu'il y a de plus difficile pour un Ambrien), Random a sauté sur l'occasion.
Et voilà Random. il n'est pas le premier en quoi que ce soit. Il ne peut rivaliser avec ses frères en ce qui concerne la ruse, la puissance ou la subtilité politique. Il est devenu roi parce que... parce qu'il est plus humain.
C'est peut-être pour ça que nous aimons Ambre. Parce que c'est le personnage le plus humain qui en est devenu roi. Pas le plus fort, ni le plus puissant, ni celui qui a la plus belle armure. Et Random est le plus humain, parce qu'il est le plus capable d'aimer.

Dworkin

C'était un petit homme. Minuscule serait plus exact. Il mesurait environ un mètre cinquante, bosse comprise. Ses cheveux et sa barbe étaient aussi longs que les miens. Au milieu de cette masse de poils, on percevait un long nez crochu et des yeux entièrement noirs qui louchaient vers la lumière.
-Les neuf Princes d'Ambre




Créateur des Atouts, Créateur de la Marelle. Bossu à la barbe peu soignée. Cinglé comme un chapelier.
Le connaître...
Non, on ne peut pas réellement connaître Dworkin. on peut lui parler. On peut même obtenir une faveur de lui. Mais on ne peut comprendre ce personnage, pas plus qu'on ne peut comprendre une force naturelle ou une planète.
Ce vieil homme génial ressemble beaucoup à un nain, avec sa longue barbe, sa bosse et tout. Ne vous laissez pas tromper par les apparences. Les pouvoirs de Dworkin sont immenses et mystérieux, et il en sait probablement plus sur la Marelle, le Logrus, les Atouts et la Magie que quiconque.
Malheureusement, une conversation avec lui peut s'avérer dangereuse, étant donné qu'il est complètement fou. Et que si l'envie lui en prend, il est capable de prendre la forme d'un démon, ou pire...
Ce qui explique sa résidence actuelle, Dworkin vit dans une caverne, située près de la Marelle primale. A l'occasion, il y est enfermé. Un monstre est posté en permanence près de l'énorme porte d'acier de la grotte. il n'est pas là pour protéger Dworkin ni pour vous protéger de Dworkin. Il est juste là pour protéger la Marelle elle-même, pour le cas où Dworkin déciderait de détruire toute la création.
Même lorsqu'il est sain d'esprit, lucide et plus ou moins humain (bien que la rumeur prétend qu'il s'agit d'un nain), Dworkin reste dangereux. Il peut croire un mensonge, ou pas et ne jamais en démordre. il peut sembler vous aider alors qu'il sert en fait un plus grand dessein.
Avec Dworkin vous ne pouvez jamais être sur de rien.

Osric

...un homme grand et bien bâti, sur fond blanc. Il a des cheveux blonds clairsemés et une fine moustache bien taillée, des yeux verts sombre très pénétrants, qui semblent regarder un homme jugé pour un crime horrible. Il porte une massue cloutée dans une main, indécis, mais prêt à s'en servir. par dessus une veste molletonnée bleu sombre avec des rayures blanches, il porte un ample manteau avec de larges manches, fait d'un tissu plus léger et plus doux



Finndo

On ne connaît de Finndo que son nom, brièvement mentionné. On sait seulement qu'il est le frère aîné de Benedict, disparu depuis longtemps et certainement mort. Voila à quoi pourrait ressembler son Atout:



La carte montre un homme sérieux, à l'air sévère, presque puritain. Ses yeux sont gris comme les nuages, avec de petites touches argentées. Ses cheveux et son épaisse barbe mêlent le rouge du feu au gris de l'acier. Il a le cou épais, la poitrine large et l'air musclé. Un anneau d'acier à sa main gauche porte une grosse pierre carrée d'une couleur pâle indéterminée. Il tient une énorme épée à deux mains, comme un outil plutôt que comme une arme. Son avant-bras droit est couvert d'une pièce d'armure rouge et une paire de gants gris pend à sa ceinture. Il paraît vêtu pour une cérémonie de rouge sombre et de gris.

Dara

Elle se tenait à une douzaine de pas de moi, une grande fille mince avec des yeux noirs et des cheveux bruns très courts. Elle portait une veste d'escrimeur et tenait une épée dans sa main droite, un masque dans sa main gauche. Elle me regardait en riant. Elle avait des dents blanches, égales, et un tantinet trop longues; son nez et ses pommettes bronzées étaient saupoudrés de taches de rousseur.
-Les fusils d'Avalon




Elle ressemble à une adolescente pleine d'entrain. Une grande gamine, élancée, avec des yeux noirs et des cheveux bruns, au nez semé de taches de rousseur. Absolument charmant.
Si ce n'est que, d'un instant à l'autre, elle peut se transformer en gardien de l'enfer, doté de tout un attirail de cornes, sabots, queue, son petit nez retroussé devenant un museau puant le soufre.
C'est l'une des rares personnes à avoir la double ascendance d'Ambre et du Chaos par leurs familles royales. De par sa mère, elle est la petite-fille ou l'arrière-petite-fille ou quelque chose de ce genre, de Benedict. De par son père, elle fait partie de la douzaine d'héritiers potentiels de trône du Chaos.
C'est aussi le grand amour de Corwin, ou peut-être sa pire ennemie. Quoi qu'il en soit, c'est la mère de son fils, Merlin.
Ceci grâce à une vie de préparatifs précis et d'une ruse innée qui lui a permis de tromper Corwin quant à ses origines. D'ailleurs, la même tactique lui a permis de pénétrer dans le château d'Ambre, d'en tuer les gardes et de parcourir la Marelle, devenant ainsi potentiellement la plus grande ennemie d'Ambre.
Mais Dara n'accepte d'ordres de personne, ni des cours ni d'Ambre. Elle agit de son propre chef, noue ses propres alliances et est parfaitement capable de crééer une troisième force, si le besoin s'en fait sentir.
En dehors de la politique, c'est aussi une très fine lame, du niveau des meilleurs Ambriens.

Martin

Il mesurait plusieurs centimètres de plus que Random, mais il était aussi frêle que lui. Son menton et ses pommettes étaient taillés de la même façon, et ses cheveux avaient la même texture.
-La main d'Oberon




Il est un peu plus grand, plus large d'épaules, avec un peu moins l'air d'un vaurien, mais ressemble cependant assez à son père pour que l'on sache avoir affaire au fils de Random.
Il a un peu peur d'Ambre. Son premier contact avec un membre de sa famille, en dehors de sa période d'entrainement chez Benedict, a failli le tuer. Cela l'a rendu, disons...méfiant.
Il a aussi noué des liens avec quelques personnes des Cours du Chaos, dont son cousin Merlin et la mère de celui-ci Darra, princesse du Chaos. En dehors de cela, Martin n'a jamais présenté aucun signe particulier.

Merlin

... Et l'autre cavalier approchait rapidement. Il n'était pas livide comme le premier. Il avait les cheveux châteains, et son visage n'était pas blafard. Il avait pour monture un cheval aubère doté d'une belle crinière. Et il tenait à la main une arbalète armée.
...il était mince, le visage glabre. peut-être avait-il les yeux clairs, mais le peu que j'en distinguais ne me permettait pas de m'en assurer. il maîtrisait parfaitement sa monture, avec la seule pression de ses jambes. Ses mains étaient fortes, sures, adroites. Je ressentis en l'observant une étrange impression.
-La main d'Oberon




Est-ce qu'il y a un bon gars en Ambre?
Peut-être. En ce cas son nom est Merlin.
Fils de Corwin d'Ambre et de Dara du chaos, Merlin a été conçu pour être roi et élevé pour être un pion. Grand et mince, avec un petit air de Corwin, il a reçu une éducation de gentilhomme. On lui a enseigné entre autres les arts de la magie, des armes, des poisons, de l'équitation et de la danse. Il est l'héritier d'une batterie de titres importants. Et il n'en a rien à faire. Merlin n'éprouve tout simplement aucun intérêt pour la vie à la cour, hormis sa propre curiosité.
En Ambre, Merlin est le second représentant de la nouvelle génération, et le premier à avoir un héritage dans les Cours du Chaos. même durant ses jeunes années là-bas, il a été attiré par Ambre, au point de risquer sa vie pour parcourir la Marelle alors qu'il était déjà un maître du Logrus. Sachez, pour compléter sa panoplie de pouvoirs, que Merlin est aussi un artiste des Atouts et probablement un sorcier.
Au fait, l'Atout de Merlin est un autoportrait. Son style marque également les cartes de Dara et Merlin.
avatar
Oberon
Admin

Messages : 168
Date d'inscription : 13/03/2012
Localisation : Marelle

Voir le profil de l'utilisateur http://sang-et-marelle.jtkc.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum