Sophocle, fils de la couronne d'Ambre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sophocle, fils de la couronne d'Ambre

Message  Sophocle le Mar 20 Mar - 15:17

Sophocle

Sophocle était appuyé nonchalamment sur l'une des banquettes moëlleuses d'un des nombreux salons du château d'Ambre. Aspirant une nouvelle bouffée de son cigare, un bleu spécial qu'il affectionnait aller chercher d'une Ombre lointaine, il toisa de nouveau son interlocuteur, semblant se rappeler de sa présence.

"Pour autant que je me souvienne, mes premiers pas furent sur l'Ombre Terre. Je suis né à Providence le 11 mai 1889.
Ma mère, bien qu'issue d'une riche famille de propriétaires terriens, avait été déshonnorée par le départ impromptu de mon géniteur alors que je n'étais encore qu'une graîne germant dans sa matrice.
Passablement perturbée par sa mésaventure, elle en garda de sérieuses difficultés à vivre en société, cette dernière n'arrangeant rien en se mettant à changer brutalement tandis qu'arrivait le nouveau centenaire.
Je fus naturellement poussé à faire des études avancées, de préférence dans un domaine digne et propre à m'éloigner de tout les désagréments de la vie de l'époque.
Je choisis l'étude des langues.
Mais je n'en fut pas moins attiré comme une mouche par les ennuis qui approchaient: à peine mes études terminées que je m'enrôlais déjà avec nombre de mes amis pour la grande guerre, faisant du même coup succomber ma pauvre mère du chagrin de voir partir le second homme de sa vie.
Mes souffrances ne faisaient que commencer. de janvier 1917 au 15 Novembre 1917, je perdis la plupart de mes amis, ceux restant finissant estropiés et réduit aux ombres de ce qu'ils étaient.
Un jour, suite à l'assaut sanglant que nous venions de faire subir à un bunker allemand, je me saisis d'un étrange objet, une espèce de flute antique qui appartenait à l'officier allemand que je venais d'occire.
Alors que je mettais à la bouche, intrigués, je fus soudainement appé par un grand halo de lumière: je venais de quitte la Terre, et cela, notez bien, sans l'aide quelconque d'un Ambrien!
Non, c'était dû au hasard autant qu'à mon habileté, car j'étais d'un naturel robuste et j'avais amplement eut le temps de pallier au manque d'exercice de mes années d'études durant l'année de guerre vécue.
Bref, j'atterris en un lieu que les autochtones appelaient Angmard. Là, je dû dériver d'aventures en aventures, découvrant ce nouveau monde, bien plus sauvage que la Terre, et qui s'offrait pleinement à moi.
J'y vécu environ 10 ans, y développant des facultés uniques, et me connectant à une espèce de Puissance cachée, comme un pouvoir sur l'espace et le temps, mais quelque chose différent de la Marelle, inutile de me questionner sur le sujet, je ne suis même pas sur de pouvoir l'expliquer.
Le fait est que j'ai ensuite fait des rencontres désagréable. Coincé dans diverses Ombres pièges créées par des êtres dotés d'un potentiel extrêmement élevés appelés Thoann.
Je fus amené à rencontrer plusieurs d'entre eux. Ils tiraient essentiellement leur puissance de leur technologie dont ils perdaient peu à peu le savoir, bien que continuant à être doté d'aptitudes hors normes comparés aux êtres-Ombres ordinaires.
Les liens que je tissèrent avec cette race furent ambigüs, car j'eu l'occasion de me doter d'affection pour l'une de leur représentantes, une charmante asiatique du nom de Yuli.
Malheureusement, mon ydille fut bientôt anéantie par Orc le Rouge, l'un des plus désagréables individus qu'il m'ait été donné de rencontrer. Depuis, j'ai mené ma vendetta personnelle, j'ai traqué, j'ai été la proie. J'ai survécu.
On me révère comme légende dans plusieurs mondes, comme héros incontesté ou craint dans d'autres. Dans l'une de ces Ombres, on me connait comme le chevaucheur de Dragon, expérience qui n'était malheureusement pas si agréable que le laissait entendre la légende...
Un jour, enfin, je retrouva le chemin vers Angmard. J'étais alors déjà retourné plusieurs fois sur la Terre, et Orc le Rouge lui même avait opté pour une prudence simplement hostile lorsque j'eut tué quelques uns de ses clônes, de sorte que j'eus l'occasion de retrouver certaines affaires de ma mère, y compris une vieille photo de mon père.
J'avais donc un plan: je voulais utiliser mon lien avec la puissance d'Angmard pour tenter de retrouver mon père. Je savais intuitivement que celui-ci n'était pas un simple humain: De nombreuses années s'étaient écoulés, plus de 150 années humaines, sans que j'en sois affecté d'une quelconque façon.
Mon plan marcha: la puissance d'Angmard me transporta directement jusque sur les terres du roi Random, mon oncle appris-je bientôt lorsque j'eus montré la photo de mon père et qu'on reconnu les traits d'Eric.
J'appris ainsi que ce dernier était mort durant la guerre de la Marelle, il y a de cela quelques années maintenant. Déçu, je fus néanmoins réhabilité dans mon rang par Random, qui m'offrit les titres et terres parentales (mis à part son ancienne royauté naturellement) et me permit bientôt de passer la Marelle.
Depuis, j'ai appris à être Ambrien, mais preuve est que je n'en suis pas encore vraiment un, comme le prouve mon ami Luke, car il semblerait que ce soit contraîre aux habitudes locales que de faire confiance à quelqu'un de la famille...

Il lache un grand sourire à son interlocuteur, soufflant la fumée de son cigare dans sa direction. Ce soir l'attendrait encore les douceurs d'Ambre, et il apprenait maintenant à en aimer chaque morceau...
avatar
Sophocle
Etre-Ombre

Messages : 17
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 32
Localisation : En Ombre ou dans le cercle d'or

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum